Ça vient de sortir

Willy Ronis en reportage à Saint-ÉtienneUne enquête au cœur de la grève de 1948

Jean-Claude Monneret et Jean-Michel Steiner

 

© Presses universitaires de Saint-Étienne

 

En octobre 1948, à un moment décisif de la grande grève des mineurs, Willy Ronis est envoyé par Life en reportage à Saint-Étienne. Son témoignage photographique complète celui de Léon Leponce présenté par les auteurs en 2011 et offre des informations et des perspectives neuves sur cet important mouvement social, à travers une manière renouvelée d’en rendre compte. À partir des 130 images conservées à la Médiathèque du patrimoine et de la photographie, l’ouvrage analyse selon un prisme pluridisciplinaire le processus créatif de Willy Ronis. Il révèle, à travers sa biographie intellectuelle, l’originalité et la singularité de ses engagements, sa volonté de tracer une voie personnelle par rapport aux esthétiques photographiques de l’époque. Il propose une approche problématisée de l’humanisme photographique français des années 1945-1950 et des débuts d’une ambition d’auteur ancrée dans la pratique professionnelle du reportage de presse.

ISBN 978-2-86272-764-6
Format 22x29 cm -280 pages
Prix 35€

Disponible en librairie ou par correspondance (publications @ univ-st-etienne.fr)

Publié le 4 octobre 2022

Épigrammes, Bissula, Spectacle des sept sagesEpigrammata, Bissula, Ludus septem spientum

Ausone
Giampiero Scafoglio et Étienne Wolff (éd.)

 

© Presses universitaires de Saint-Étienne

 

Ausone est l’un des auteurs les plus intéressants et les plus représentatifs de l’Antiquité tardive. Cependant, jusqu’à récemment, il n’a pas obtenu l’attention qu’il méritait. Ses épigrammes, avec leur variété de sujets et leur virtuosité stylistique, constituent une étape importante dans l’évolution de ce genre littéraire qui traverse toute l’Antiquité. Les poèmes consacrés à la jeune fille germanique Bissula se distinguent par la délicatesse des sentiments et du langage, mais aussi par un inattendu engagement sur des thèmes significatifs tels que la guerre et l’esclavage. Le Spectacle des sept sages, qu’on peut situer dans la lignée du genre épigrammatique, mais où se manifeste aussi l’influence de la tradition culturelle hellénique et du théâtre romain archaïque, propose un syncrétisme gréco-latin sous une forme littéraire qu’on appellera « hybride » et « expérimentale », révélant toute la modernité du poète.
Les Épigrammes, la Bissula et le Spectacle des sept sages d’Ausone sont présentés ici dans une nouvelle édition qui a restauré efficacement le texte latin, et dans une traduction française qui conjugue la précision philologique avec l’élégance et la fluidité. Ces œuvres sont accompagnées par des notes de commentaire qui donnent un supplément d’information très utile pour la compréhension d’une poésie « allusive » et riche en références littéraires.

ISBN 978-2-86272-765-3
Format 16x24 cm -242 pages
Prix 21€

Disponible en librairie ou par correspondance (publications @ univ-st-etienne.fr)

Publié le 20 juillet 2022

Composition, technologies et nouveaux agencements des catégories musicales

Vincent-Raphaël Carinola

 

© Presses universitaire de Saint-Étienne

 

Les transformations induites par les technologies électroacoustiques et numériques ont eu comme conséquence l’éclatement des catégories musicales traditionnelles – la partition, l’instrument, l’interprète – en une riche diversité d’objets techniques dont la mise en relation est une forme d’écriture. Chaque œuvre apparaît alors comme un agencement original de ces catégories, comme une « concrétisation », pour reprendre un terme de Gilbert Simondon, de leurs fonctions dans une pluralité de techniques, de corps et d’objets. Cet ouvrage décrit, dans un langage abordable pour le non-spécialiste, la nature de ces transformations et permet ainsi d’observer de près le métier du compositeur d’aujourd’hui et la formidable variété dans la création musicale contemporaine. En s’appuyant sur des nombreux exemples illustrés, il propose aussi un important appareil conceptuel qui intéressera également les chercheurs et les étudiants en musicologie, esthétique et art.

ISBN 978-2-86272-766-0
Format 15x21 cm -336 pages
Prix 22€

Disponible en librairie ou par correspondance (publications @ univ-st-etienne.fr)

Publié le 21 juin 2022

Focales numéro 6

© Presses universitaires de Saint-Étienne

On oppose habituellement ce qui, dans les images photographiques, relève du document et ce qui procède de la fiction. Pourtant nombre d’artistes contemporains brouillent les frontières entre ces deux régimes de représentation, en plaçant leurs œuvres dans une indécision paradoxale. Dans le numéro 6 de la revue Focales, il s'agira de s’interroger sur les enjeux de leurs démarches – qui travaillent tant à restituer la complexité du réel qu'à questionner le fonctionnement des images ou les habitudes des regardeurs.

Disponible en ligne en accès gratuit sur OpenEdition Journals

Publié le 10 juin 2022

(Dé)construire la villeLes villes en décroissance, laboratoires d'une production urbaine alternative

Pauline Chavassieux, Georges Gay, Rachid Kaddour, Christelle Morel Journel, Valérie Sala Pala (dir.)

 

© Presses universitaires de Saint-Étienne

 

Déconstruction ? le mot est à la mode mais n’est pas dépourvu d’ambiguïtés. Habillage euphémique d’une pratique ancienne, la démolition, dont la brutalité s’abat plus souvent qu’à leur tour sur les maisons du peuple, il sert aussi à désigner un ensemble de processus, a priori vertueux, de sauvegarde, tri et recyclage des matériaux. Derrière l’ambiguïté et les glissements de sens, il y a la réalité d’un outil de communication destiné à faire accepter des choix d’aménagement dont la finalité ultime reste la création ou la restauration de valeur foncière ou immobilière. Au rebours de cet exercice d’illusionniste, le présent ouvrage entend prendre le mot de déconstruction au sérieux. Les enjeux contemporains nous y invitent. Si l’horizon du présent et de l’avenir des villes reste indexé sur le récit enchanté (ou angoissant…) du devenir métropolitain, une autre réalité s’impose à bas bruit, celle de la décroissance démographique que la scénarisation parfois racoleuse du déclin des villes de la « Rust Belt » américaine contribue paradoxalement à occulter. Loin de constituer une exception spectaculaire, le rétrécissement urbain tend à discrètement se banaliser et à devenir l’ordinaire de nombre de villes de taille et de nature diverses. Dans ce contexte, la déconstruction entendue comme la réduction raisonnée du volume bâti, peut ouvrir sur l’opportunité de reconfigurer positivement des espaces urbains souvent hâtivement et négligemment construits, au bénéfice des habitants encore là. La déconstruction s’affirme alors comme une autre manière de faire la ville, soucieuse de la qualité de vie de ceux et celles qui l’habitent et la pratiquent quels qu’ils ou elles soient.

Ce sont les perspectives de cette forme de réactualisation du droit à la ville que se propose d’explorer l’ouvrage en croisant les contributions des chercheuses et chercheurs avec les témoignages des acteurs/actrices et praticiennes et praticiens. Revisitant les démolitions de « tours et de barres HLM » au prisme de l’expérience des bailleurs sociaux en contexte détendu, explorant les choix et les logiques de quelques opérations pionnières dans l’urbain décroissant, portant un regard critique sur les limites et contraintes des pratiques de déconstruction raisonnée pour déboucher enfin sur la relation d’une expérience de mise en application de la réflexion sur la ville décroissante dans l’enseignement du projet, l’ouvrage entend entrainer ses lectrices et lecteurs sur les chemins incertains d’une manière inédite de penser et faire la ville, susceptible de répondre avec justice et justesse aux défis du monde qui vient.

ISBN 978-2-86272-744-8
Format 16x24 cm - 384 pages
Prix 25€

Disponible en librairie ou par correspondance (publications @ univ-st-etienne.fr)

Publié le 1 février 2022

Éloges collectifs de femmes à la Renaissance française

Renée-Claude Breitenstein (éd.)

 

© Presses universitaires de Saint-Étienne

 

À la Renaissance, les textes célébrant l’excellence des femmes fleurissent en France sous l’influence de la réflexion humaniste sur le mariage, la présence de grandes dames au pouvoir et l’essor de l’imprimerie. Ils s’inscrivent aussi dans la Querelle des femmes en répondant, implicitement ou explicitement, aux arguments anti-féminins et antiféministes qui font alors florès. C’est pourquoi ces éloges collectifs, qui réunissent les listes de femmes illustres et des apologies du sexe féminin ne sont pas dénués de tensions ni de combativité.
Ce volume rassemble des pièces de Jean Marot, Henri Corneille Agrippa, Hélisenne de Crenne, Charles Estienne, Alexandre Van den Bussche, Madeleine et Catherine Des Roches, Marie de Romieu, Marguerite de Valois et Marie de Gournay. Publiées entre 1506 et 1622, elles témoignent de la vitalité du genre de l’éloge collectif, de la diversité de ses formes et de la variété de ses tons. Proposant des images multiples du sexe féminin, ces textes suggèrent parfois de nouvelles zones d’expérience légitimes pour les femmes et de nouveaux rapports de sexe. C’est cette richesse, et l’existence même d’une production généralement tout à fait inconnue, que cette anthologie entend saisir et faire découvrir, ou redécouvrir, dans une orthographe modernisée.

ISBN 978-2-86272-743-1
Format 11x17,5 cm - 376 pages
Prix 15€

Disponible en librairie ou par correspondance (publications @ univ-st-etienne.fr)

Publié le 25 novembre 2021

Goutelas par lui-mêmeMémoires intime d'une renaissance

Maurice Damon

 

© Presses universitaires de Saint-Étienne

 

Un soir de juillet 1961, Paul Bouchet, avocat, rencontre Noël Durand, agriculteur, propriétaire du château de Goutelas, à Marcoux dans la Loire, en ruine, envahi par les broussailles. Il vient lui exposer le projet qu’il a de restaurer et faire revivre le château. La rencontre de ces deux hommes passe pour l’événement fondateur qui conduira à la renaissance de Goutelas, l’un des lieux historiques de l’humanisme en Forez. Le pari sera en effet tenu : les années soixante verront s’enchaîner les étapes de déblaiement, de reconstruction, de restauration du château, devenu depuis lors haut lieu de rencontres et siège d’un actif centre culturel de rencontres. La singularité de l’aventure tient à la place considérable du bénévolat – 150 000 heures de travail ! –, et aussi à la diversité des origines sociales et culturelles de ceux qui ont pris part ensemble à la tâche commune : intellectuels, paysans foréziens, ouvriers syndicalistes. Les acteurs de cette renaissance, profondément marqués par ce qu’ils nomment « l’esprit de Goutelas », ont voulu rassembler et livrer leurs souvenirs. C’est leur mémoire de cette époque pionnière qui est ici reconstituée.

ISBN 978-2-86272-750-9
Format 16x24 cm - 170 pages
Prix 15€

Disponible en librairie, à la boutique du château ou par correspondance (publications @ univ-st-etienne.fr)

Publié le 18 novembre 2021

Les corps perdusUne histoire des corps de la région stéphanoise de la fin du XVIIIᵉ siècle aux années 1920

Mikaël Duarte

 

© Presses universitaires de Saint-Étienne

 

Alors que l’industrialisation commence à la fin du XVIIIe siècle dans la région stéphanoise, les élites se confrontent à leur dépendance au savoir-faire des populations artisanes et ouvrières. Les conceptions économiques et culturelles du travail de ces dernières se distinguent de plus en plus de celles de la bourgeoisie locale. Elles s’appuient sur une perception des corps en prise et en interactions étroites avec les fluides divers du cosmos, se réalisant dans une culture dionysiaque, rabelaisienne et millénariste, un rythme corporel qui s’adapte aux aléas et à une économie corporelle spécifique. Cette approche du monde s’avère très différente de la rationalité qu’exige l’industrie. Les élites s’emploient à saper progressivement cette culture, afin de se rendre maître des processus productifs. Cette disqualification des corps ouvriers emploie les théories de la dégénérescence et s’appuie sur l’hygiénisme, la suppression de l’initiative ouvrière dans la production industrielle, par la mécanisation, en particulier, et sur des disciplines du corps instillées aux populations, en commençant par les femmes.

ISBN 978-2-86272-741-7
Format 16x24 cm - 328 pages
Prix 22€

Disponible en librairie ou par correspondance (publications @ univ-st-etienne.fr)

Publié le 21 octobre 2021