Collection active

Histoire, patrimoine et régionalisme

Directeur Michel Depeyre

À la différence des « cabinets de curiosités », constitués de livres hétéroclites, cette collection largement ouverte rassemble de manière cohérente des travaux scientifiques qui interrogent le Temps sous des angles différents. C’est le temps de l’historien qui étudie les sociétés depuis l’âge de l’Humanisme jusqu’au XXIe siècle, de l’échelle régionale au niveau international ; nous abordons également les patrimoines matériels et immatériels dont l’analyse des processus de constitution permet d’appréhender les actions qui, dans la durée, transforment les monuments, les savoir-faire et la mémoire en héritages.

Avec des outils et des méthodes de plus en plus variées, souvent dans l’interdisciplinarité, historiens et patrimonialistes s’efforcent de comprendre des sociétés humaines complexes et toujours en évolution.

   

Goutelas par lui-même Mémoire intime d'une renaissance (2ᵉ éd.)

Maurice Damon


© PUSE, 2021.
Un soir de juillet 1961, Paul Bouchet, avocat, rencontre Noël Durand, agriculteur, propriétaire du château de Goutelas, à Marcoux dans la Loire, en ruine, envahi par les broussailles. Il vient lui exposer le projet qu’il a de restaurer et faire revivre le château. La rencontre de ces deux hommes passe pour l’événement fondateur qui conduira à la renaissance de Goutelas, l’un des lieux historiques de l’humanisme en Forez. Le pari sera en effet tenu : les années soixante verront s’enchaîner les étapes de déblaiement, de reconstruction, de restauration du château, devenu depuis lors haut lieu de rencontres et siège d’un actif centre culturel de rencontres. La singularité de l’aventure tient à la place considérable du bénévolat – 150 000 heures de travail ! –, et aussi à la diversité des origines sociales et culturelles de ceux qui ont pris part ensemble à la tâche commune : intellectuels, paysans foréziens, ouvriers syndicalistes. Les acteurs de cette renaissance, profondément marqués par ce qu’ils nomment « l’esprit de Goutelas », ont voulu rassembler et livrer leurs souvenirs. C’est leur mémoire de cette époque pionnière qui est ici reconstituée.

Cet ouvrage est initialement paru en Hors collection en 2007.

Table des matières

ISBN 978-2-86272-750-9
Format 16x24 cm - 170 pages
Prix 15€
Disponible en librairie, à la boutique du château ou par correspondance

Publié le 18 novembre 2021

Les corps perdusUne histoire des corps de la région stéphanoise de la fin du XVIIIᵉ siècle aux années 1920

Mikaël Duarte


© PUSE, 2021.
Alors que l’industrialisation commence à la fin du XVIIIe siècle dans la région stéphanoise, les élites se confrontent à leur dépendance au savoir-faire des populations artisanes et ouvrières. Les conceptions économiques et culturelles du travail de ces dernières se distinguent de plus en plus de celles de la bourgeoisie locale. Elles s’appuient sur une perception des corps en prise et en interactions étroites avec les fluides divers du cosmos, se réalisant dans une culture dionysiaque, rabelaisienne et millénariste, un rythme corporel qui s’adapte aux aléas et à une économie corporelle spécifique. Cette approche du monde s’avère très différente de la rationalité qu’exige l’industrie. Les élites s’emploient à saper progressivement cette culture, afin de se rendre maître des processus productifs. Cette disqualification des corps ouvriers emploie les théories de la dégénérescence et s’appuie sur l’hygiénisme, la suppression de l’initiative ouvrière dans la production industrielle, par la mécanisation, en particulier, et sur des disciplines du corps instillées aux populations, en commençant par les femmes.

Table des matières

ISBN 978-2-86272-741-7
Format 16x24 cm - 328 pages
Prix 22€
Disponible en librairie ou par correspondance

Publié le 21 octobre 2021